ESSAI Abarth 595 Competizione : encore au top de sa forme ?

Après vous avoir présenté la nouvelle génération de 500e, je me devais de passer par la case Abarth avec un modèle que j'avais envie d'essayer depuis très longtemps : la 595. Et c'est avec la 595 Competizione que je découvre ce préparateur légendaire ! Autant vous dire que lorsque je l'ai récupérée, le sourire était bien présent ! Mais après tant d'années de commercialisation, est-t-elle toujours d'actualité ? Alors on est parti ! Tre, due, uno GO !


Petite, mais musclée.


Si cela fait déjà quelques années que l'Abarth 595 est commercialisée, elle sait se renouveler de temps en temps comme ici, en 2021, avec ce nouveau coloris bleu mat. Cette teinte nommée "Bleu Rallye" fait référence à la Fiat Abarth 131 Rallye des années 1970 et est tout bonnement sublime en plus d'être particulièrement sympathique à photographier !

Autre nouveauté cette année, le body kit ajoutant des élargisseurs d'ailes ainsi qu'un bas de caisse plus proéminant. Déjà apparu sur la série spéciale 695 70° Anniversario, il est à présent disponible en option à 2000 € lorsque l'on choisit une teinte mat.


Autrement cela reste une 595. On retrouve l'imposant bouclier avant et ses larges entrées d'air dont celle du centre discrètement siglée Abarth. Une chose est sûre, lorsque vous l'avez dans le rétroviseur, il est impossible de la confondre avec une 500 ! Et si vous avez tout de même un doute il vous suffira de vérifier si le célèbre scorpion est présent sur le monogramme ! D'ailleurs, si vous vous demandez pourquoi cet animal a été choisi pour créer le logo, sachez qu'il s'agit tout simplement du signe astrologique de Carlo Abarth, fondateur de la marque italienne.


Sur le profil on remarque tout de suite le nouveau body kit lui donnant un air encore plus bodybuildé. Sous ce dernier se trouvent les nouvelles jantes Monte-Carlo de 17"montées en Michelin Pilot Sport 3 en 205/40. Le freinage vient tout droit du pays natal, plus précisément de chez Brembo qui a placé sur cette 595 des disques ventilés de 305 mm à l'avant et 240 à l'arrière ainsi que des étriers 4 pistons. Autant vous dire que ça freine fort !

La couleur jaune de ces derniers se marie parfaitement bien avec le monogramme Abarth apposé sur l'aile arrière aux côtés du 595.


Passons à présent à l'arrière où le becquet finit parfaitement le dessin du toit tout en rajoutant encore de la sportivité à l'ensemble déjà très musclé. Et ce grâce au bouclier plus large que sur sa cousine 500. Le diffuseur plutôt joli accueille le célèbre échappement Records Monza à la sonorité si caractérielle.



Vous avez dit sportif ?


Lorsque l'on ouvre la porte de la 595 Competizione, une ambiance de sportivité s'en dégage. Entre ces baquets Sabelt en Alcantara et cette sublime planche de bord en carbone, dont disposait notre modèle d'essai, on comprend tout de suite que l'on n'est pas là pour enfiler des perles. Le volant en cuir et alcantara est lui aussi doté de touches de carbone venant compléter cette ambiance tant appréciée.

Autrement cela reste un habitacle de 500 avec beaucoup de plastiques durs mais cela n'est pas étonnant, surtout qu'à ce tarif on ne peut pas trop en demander.


La 595 embarque deux écrans de 7" chacun. Le premier sert de combiné numérique et affiche quelques informations comme les consommations ou la pression des pneus. Une fois le mode sport activé, l'inscription "sport" s'illumine et un drapeau à damier accompagné d'un affichage des G pris se dévoilent sur le combiné.

Le second est situé au centre de la planche de bord. Son système d'info-divertissement est complet et intuitif même s'il commence à accuser son âge, surtout après avoir essayé celui de la 500e beaucoup plus récent et rapide. Heureusement Apple CarPlay et Android Auto sont là pour sauver la mise. Le système audio Beats, proposé en option, offre une qualité de son correcte mais non transcendante.


En terme de connectivité, on retrouve deux prises USB situées non loin des portes gobelets. Deux autres portes gobelets sont placés à l'arrière. Pour ce qui est de l'habitabilité c'est très correct à deux, si on est plus ça devient rapidement compliqué mais ça vous vous en doutiez.



Rapide passage par le coffre disposant d'un volume de 185 L. De quoi permettre de transporter une grosse valise ou deux valises cabine.



Motorisations.


L'Abarth 595 dispose de différents niveaux de puissance en fonction de la finition choisie.

Pour commencer la "petite" 595 développe 145 ch ainsi que 206 Nm. Vient ensuite la Turismo avec ses 165 ch et 230 Nm. Le bloc le plus puissant est présent à partir de la finition Competizione, dont on dispose pour cet essai, et développe 180 ch pour 250 Nm à 3000tr/min. Couplé à la boite de vitesse manuelle, il abat le 0/100 km/h en 6.7 secondes et dispose d'une vitesse maxi annoncée de 225 km/h. Une boite de vitesse séquentielle robotisée à 5 rapports est aussi proposée en option au tarif de 1500 €.


Un rapide mot sur la consommation car je vous avoue ne pas y avoir fait très attention durant l'essai. La 595 Competizione est annoncée à 6.9 l/100. Personnellement, sur mes trois jours d'essai, j'ai réalisé une moyenne de 9.3 l/100 sans faire attention et en ayant parcouru pas mal de cols. Les 35 petits litres du réservoir nous font aller à la pompe régulièrement mais ce n'est pas si contraignant si on l'utilise pas en daily.



Au volant.


Passons aux choses sérieuses ! Il est temps de vous raconter mon expérience au volant de cette 595 Competizione. Pour tout vous dire je ne m'attendais pas à ce que cette auto soit si fun à conduire !


Commençons par les choses qui fâchent. J'ai souvent entendu dire que la position de conduite était désagréable et qu'elle était inconfortable. En ce qui me concerne je n'ai pas trouvé cela si dérangeant et ce même en conduite sportive. Le seul soucis de ce côté là est le maintient des sièges qui est un peu moyen, cela dit je suis assez fin et ai vite tendance à me balader dans les sièges.

Pour ce qui est de l'amortissement, les Koni FSD sont certes très raides mais même après avoir parcouru plusieurs heures d'affilé à son volant je n'ai pas ressenti la moindre douleur au dos ou ailleurs. Alors c'est sûr qu'en daily c'est un peu compliqué, notamment en ville sur les dos d'ânes, mais après tout, est-ce le meilleur endroit pour profiter de cette Abarth ? Pour avoir parcouru beaucoup de cols durant son essai je peux vous dire que non !


Si en mode normal elle se conduit très facilement grâce à une direction légère, c'est une fois le mode sport enclanché que cette 595 Competizione prend tout son sens. Quel régal de la conduire sur des petites routes ! Son poids de 1065 kg la rend agile et joueuse, car oui, étant donné que le poids est en grosse partie situé à l'avant, l'arrière a très souvent tendance à gigoter lors des forts appuis en courbe. C'est très plaisant ! J'ai aussi été relativement surpris par le fait qu'elle ne sous-vire que très peu, même lors des fortes accélérations en sortie de virage.


Quel bonheur de sentir le turbo Garrett se charger jusqu'à près de 1.8 bar propulsant très rapidement la 595 à des vitesses non commodes tout en laissant s'échapper le son de l'échappement Records Monza ! Ce dernier m'a d'ailleurs un peu déçu sur un point. Même si cela est surement lié à certaines normes, il offre une très belle sonorité à bas régime jusqu'à environ 1500 tr/min où il se "coupe", comme si les clapets se refermaient, pour se rouvrir à environ 4000 tr/min. J'ai trouvé cela assez frustrant...


Les étriers 4 pistons sont bel et bien là, le freinage est puissant et à du mordant. En terme de longévité, il est un peu compliqué de la vérifier sur route ouverte mais je n'ai pas ressenti de faiblesse sur ce point lors de mon essai.


La boite de vitesse manuelle à 5 rapports se montre très agréable à utiliser, la commande de boite se manie parfaitement bien grâce à des débattements relativement courts malgré la position du levier façon camionnette qui au final tombe très bien sous la main.


J'ai vraiment été agréablement surpris par cette Abarth. Je ne pensais pas prendre autant de plaisir à la conduire. Dès lors que l'on active le mode sport sur de petites routes de montagne, elle devient si plaisante que l'on a pas envie de s'arrêter de rouler, seul le réservoir nous fera prendre une pause à la station !

Il faut tout de même que je lui donne un défaut, le fait qu'elle n'ait pas de régulateur de vitesse, c'est bien dommage sur un véhicule à plus de 30 000 € !


Tarifs.


Comme vous le savez sûrement, la 595 est proposée en plusieurs finitions : 595, 595 Turismo, 595 Competizione ainsi que 595 Esseesse. Mais quelles sont les différences ? Et bien plus on montent en gamme plus elles sont puissantes et affutées. Pour ceux qui aiment rouler cheveux au vent, sachez que toutes ces finitions sont aussi disponible en cabriolet.

  • La 595 débute à 20 790 € en version berline et 23 290 € en cabriolet.

  • Pour la 595 Turismo comptez 23 890 € en berline et 26 390 € en cabriolet.

  • La 595 Competizione est proposée à partir de 27 290 € en berline. La version cabriolet est elle à 29 790.

  • Et enfin, la 595 Esseesse débute à 29 890 € et grimpe à 32 390 € en cabriolet.

Ces tarifs n'incluent pas le malus écologique naviguant entre 818 € et 1172 € en fonction de la finition choisie et sont hors options.

Le modèle présenté ici est une Abarth 595 Competizione affiché à 33 190 €. Un malus écologique de 1074 € est à ajouter à ce tarif.


Options et accessoires présents :

- Peinture mat "Bleu Rallye" : 850 €.

- Body Kit : 2 000 €.

- Pack + Toit ouvrant + Capteurs de pluie et luminosité

+ Antenne cachée + Radar de recul : 500 €.

- Etriers de frein Brembo jaunes : 250 €.

- Phares Xénon avec lave-phares : 750 €.

- Planche de bord en carbone : 900 €.

- Système audio Beats.


Pour finir.


Polyvalente serait un grand mot pour cette 595, notamment à cause de sa rigidité. Mais si cela n'est pas une contrainte pour vous, alors elle saura se montrer agile et pratique en ville tout en se transformant une fois sur des petites routes pour votre plus grand plaisir !

Véritablement fun à conduire, la petite bombinette italienne m'a conquis. Merci aux constructeurs qui, à l'heure de l'électrique, nous proposent encore des citadines sportives de ce type !


Je souhaite remercier la concession Fiat Strasbourg et le groupe Hess Automobile pour leur confiance ainsi que le prêt du véhicule.