ESSAI - Mazda MX-30 : première tentative réussie ?

-------------------------------------------------------------------------------------

L'essai vidéo est à retrouver en bas de page.

-------------------------------------------------------------------------------------


Quand on sait que Mazda subsiste en étant l'un des derniers constructeurs à encore équiper la quasi totalité de leurs modèles de "gros" blocs 2.0 l atmo sur le marché européen, l'annonce de leur premier véhicule électrique a été pour le moins surprenante. Certes, on savait tous que cela allait arriver un jour et pour le coup, j'ai tout de suite accroché à l'idée.

Vous l'aurez compris, aujourd'hui on va parler du MX-30.


Discrétion électrifiée.


Ce que j'apprécie particulièrement avec le MX-30 c'est son design, on a là un véhicule électrique qui se cache sous un design propre à la marque. On a pas de dessin "extravagant", futuriste avec plein de rappels bleus clairs car "c'est électrique". Non, ici, on garde l'identité de Mazda notamment avec ces optiques effilés se formant dans cette calandre particulièrement reculée.


Sur le profil, on aperçoit quelque chose de peu commun, une porte sans poignée. Plus sérieusement, on retrouve un rappel à la célèbre Mazda RX-8 ! Je fais bien sur référence à ces portes antagonistes. Juste au-dessus, le toit plongeant laisse apparaitre un monogramme au style alu brossé, qui je trouve, fait toute la différence (non présent sur le modèle essayé). Les arches de roues élancées rajoutent, elles, du dynamisme à l'ensemble.


Extérieurement, je trouve ce MX-30 globalement réussi. On reconnait de suite le dessin de Mazda, mais non pas qu'il s'agit là d'un véhicule électrique, j'ai beau adorer les designs futuristes des véhicules électriques auxquels les constructeurs nous habituent, je dois vous avouer avoir un faible pour celui du SUV japonais.


Retour aux sources.


Portes ouvertes, le MX-30 laisserait presque penser à un monospace en accueillant ses passagers à bras ouverts, ça tombe bien car nous montons à bord !


À peine installé, on ne peut pas louper le liège dressé sur la console centrale et les poignées de porte. Ce dernier fait référence à l'évolution de Mazda, il rappelle les origines de la marque dans les années 20 lorsqu'elle travaillait cette matière. Le fait de l'avoir placé dans leur premier véhicule électrique montre que le monde évolue et que l'on est au tournant d'une nouvelle ère.

La planche de bord horizontale surlignée par une barre en plastique chromé présente un dessin plutôt réussi offrant au tout une touche prémium. La console flottante au centre de l'habitacle laisse apparaitre plusieurs vides poches ainsi que deux portes gobelets. L'accoudoir profite lui d'un grand rangement accessible par l'avant, pratique si l'on veut chercher un objet sans avoir à l'ouvrir complètement.


On note le soin apporté aux matériaux présent dans l'habitacle. Certains proviennent en partie de bouteilles en plastique recyclées, servants à créer le revêtement à l'apparence d'un tissu qu'arborent les panneaux de portes. Le similicuir de certaines selleries disponibles, sont réalisées à partir de "cuir" vegan.


En parlant de l'assise, je l'ai trouvée plutôt confortable sur le peu de km réalisés. On regrette peut-être le léger manque d'habitabilité à l'arrière. Peut-être aurait-il fallu sacrifier un peu de coffre pour l'espace au jambes ? Celui-ci dispose d'ailleurs une capacité de 366 L pouvant grimper jusqu'à 1171 L une fois les banquettes arrières rabattues.


Hormis quelques bruits de vent sur autoroute, l'habitacle globalement bien insonorisé, est calme et reposant grâce à cette atmosphère unique.


Tout d'un grand.


Le MX-30 embarque énormément de technologies tout en pensant aux personnes attachées aux boutons physiques. Je m'explique, incrusté sur la planche de bord, l'écran de 8.8", non tactile donc, est contrôlable à l'aide la molette située sur la console centrale. Le second écran positionné non loin permet de gérer la climatisation. Sur celui-ci nous avons le choix entre utiliser l'écran tactile ou les boutons physiques placés à ses extrémités. Je pense d'ailleurs qu'à l'utilisation ces derniers sont beaucoup plus pratiques au vu de l'emplacement de l'écran : juste derrière la commande de boîte.


Ces deux écrans sont tous deux réactifs et intuitifs. C'était la première fois que je prenais le volant d'une Mazda récente et je me suis vite fait au système multimédia. Système qui embarque par la même occasion Apple CarPlay et Android Auto. Côté son c'est Bose qui s'installe dans le MX-30 avec un système audio de 12 haut-parleurs !


Comme pour tout bon véhicule électrique, l'application connectée "MyMazda" permet de vérifier le niveau de charge de la batterie, planifier les charges, régler la climatisation ou encore planifier des trajets à l'avance en prenant en compte les bornes de recharges.


Au final le MX-30 est très bien équipé, on retrouve qui plus est beaucoup d'aides à la conduite et ce de série sur l'entrée de gamme : surveillance d'angle morts, freinage d'urgence, régulateur de vitesse adaptatif, lecture des panneaux, affichage tête haute.

D'autres aides sont proposées sur les deux finitions supérieures telles que la caméra 360° ou encore la détection active d'obstacles mo­biles en marche arrière.


Motorisation.


Une seule motorisation électrique de 145 ch (soit 107 kW) et 271 Nm est disponible chez nous.

La batterie de type lithium-ion dispose d'une capacité de 35.5 kWh et offre selon Mazda une autonomie de 265 km en conduite urbaine et 200 km en mixte en cycle (WLTP). Oui, c'est peu, cependant cela permet de baisser le coup de production de la batterie pour proposer un tarif plus attractif. Mazda joue sa communication sur le fait, qu'en Europe, une personne réalise en moyenne moins de 50 km par jours. Il n'ont pas voulu plaire à tout le monde mais plaire à une clientèle spécifique, est-ce que cette stratégie fonctionnera ? On le découvrira dans les mois à venir !

Les portes antagonistes ne sont pas le seul clin d'œil à la RX-8. En effet, un prolongateur d'autonomie, basé sur le fameux moteur rotatif Wankel, devrait voir le jour courant 2022, il permettra de grapiller quelques km !


Pour ce qui est de la recharge prévoyez environ 36 minutes pour recharger de 20 % à 80 % sur une borne CCS de 50 kW. Pour les mêmes niveaux de batterie mais cette fois-ci sur une wallbox il faudra compter environ 3 heures.


Et sur la route ? Sur les premiers km, mes impressions on été plutôt positives, le MX-30 est doux, sa direction légère et particulièrement précise pour un SUV. Volant en main, on sent bien le train avant ce qui s'avère être très rassurant. Malgré son poids de 1645 kg, les 310 kg de batterie logés dans le plancher permettent de garder un point de gravité assez bas réduisant donc la prise de roulis en courbe.


En ce qui concerne l'accélération, je l'ai trouvée beaucoup plus linéaire que sur le DS 3 Crossback E-Tense ou la Renault Zoé qui offrait des accélération plus "brusques". On discerne moins la poussée qui se fait plus progressivement. Celle-ci reste tout de même entièrement suffisante lors d'un dépassement ou engagement.


Il embarque une fonction très plaisante, des palettes, non pas pour changer de rapports, mais pour régler le niveau de régénération. Car oui, le MX-30 profite de 5 modes de régénération : un "normal" ainsi que deux valeurs positives et négatives. Plus vous êtes bas plus le véhicule va ralentir lorsque l'on relâche la pédale. Cela donne envie de jouer avec la consommation et de s'amuser à la descendre au plus bas. Et ce en sécurité car les feux stop s'allument dans les modes négatifs ! Ce qui n'est pas toujours le cas avec un simple mode brake essayé sur d'autres véhicules.


Seul bémol, la visibilité des angle morts est relativement réduite par les arches de toit, un peu contradictoire pour un véhicule orienté vers un usage urbain... Certes la surveillance des angles morts est présente mais rien ne vaut un coup d'œil !


Pour permettre au MX-30 d'adopter ces portes antagonistes, un travail énorme a été réalisé sur le châssis. La structure a été renforcée et les montants centraux ont étés installés dans les portes arrières. Au final, il est tout aussi sécurisé qu'un autre véhicule. Par ailleurs, le crash-test Euro NCAP lui a attribué la note maximale de 5 étoiles.


Tarifs.


Le MX-30 propose trois finitions différentes, l'entrée de gamme débutant à 33 900 € soit 26 900 € une fois le bonus écologique déduit. Ainsi que deux autres finitions plus équipées qui se différencient uniquement par leur sellerie. Elles affichent toutes deux un prix de départ de 37 800 € ou 30 800 € bonus écologique déduit.

Le modèle présenté ici est un Mazda MX-30 E-Skyactiv affiché à 34 650 € hors bonus.

Options et accessoires présents :

- Peinture métallisée "Polymétal Grey" : 650 €.

- Bac de coffre Mazda : 85 €.

Ces tarifs sont plutôt raisonnables au vu des équipements qu'embarquent le MX-30, on a là un véhicule très bien équipé avec, de série, toutes les aides à la conduite récentes. Mazda se place véritablement bien sur ce marché. D'autant plus qu'il n'a pas réellement de concurrence. Dans la philosophie dans laquelle Mazda propose ce MX-30, le seul modèle qui me vient en tête est la Honda e, plus petite en terme de gabarit et de batterie.


Pour finir.


Je conçois que l'approche de Mazda peut en étonner plus d'un, néanmoins lorsque l'on y réfléchit, si vous vivez en ville ou non loin et que vous travaillez en agglomération, un MX-30 accompagné d'un second véhicule, permettant de réaliser de plus longs trajets, peut s'avérer une bonne combinaison. Vous aurez la possibilité de vous déplacer facilement au quotidien à bord du MX-30 tout en pouvant partir avec le second véhicule familial en week-end ou en vacances.


Le véhicule présenté ici est à retrouver chez Mazda Walter Automobiles à Châtenois. Je souhaite les remercier pour leur confiance et le prêt du véhicule.